Là où critique et respect se rencontrent

Auteur(es): Simon Rousseau


Rédemption

Jason White a perdu toute sa famille lors d’un incendie alors qu’il n’était qu’un enfant. Il en est l’unique survivant. À l’âge de 30 ans, il est enquêteur de police à Trois-Rivières, une ville qui a l’habitude d’être plutôt tranquille. Le 3 mai, c’est l’ouverture de l’enquête la plus morbide de sa carrière. Un tueur, surnommé « le Revenant », a fait son apparition. Suite à la mort d’un de ses proches, Jason croit connaître personnellement l’assassin et sait où il doit aller le traquer #: à Blackville, un village perdu situé à la frontière du Québec et de l’Ontario. C’est là qu’il a vécu la majorité de sa jeunesse, là où il n’a plus remis les pieds depuis près de 18 ans. Il se rendra vite compte que le village n’est plus du tout comme dans ses souvenirs et qu’il cache d’innombrables secrets que plusieurs tentent de préserver…

À mi-chemin entre le thriller policier et le fantastique, l’auteur sort réellement des sentiers battus. Son histoire, inédite, ne ressemble à rien de ce que je connais personnellement. J’apprécie cet exploit.

L’histoire débute les deux pieds sur terre avec un meurtre macabre. Peu à peu, cependant, le réel s’efface pour laisser place à l’impossible. Le fantastique et l’horreur s’installent alors au moment où le lecteur est déjà bien avancé dans l’histoire. Des questions? Il y en a. Des réponses? Ça aussi… mais pas celle que vous attendiez. À un moment, l’auteur réussit même à me prendre totalement par surprise avec l’identité de la jeune serveuse du Macdo (non… je ne vous en dirai pas plus). Fascinant!

Le seul point où j’ai été perdu un certain moment, c’est lorsque l’auteur a dérogé de sa trame chronologique pour faire un bond vers l’avant, sautant par-dessus l’un des événements clefs du récit, auquel il est revenu ensuite. Sur le coup, j’ai cru avoir passé un chapitre par mégarde. Tout est rapidement rentré dans l’ordre le chapitre suivant, heureusement.

Si j’avais un commentaire constructif, ce serait de solidifier le point de vue narratif du récit. Le changement de point de vue de narration en plein milieu d’une scène est cependant un aspect récurrent chez plusieurs auteurs québécois… je le vois dans de nombreux ouvrages d’ici. Cela dit, je crois que Simon pourrait se démarquer très positivement en maîtrisant cet aspect. Oui, je crois qu’il a le potentiel voulu pour y parvenir. Sans le moindre doute, c’est un auteur à surveiller.

Bonne lecture.

Bravo.


Alain Lafond

Liens:
Rédemption par Simon Rousseau
R2 Éditions

Une réponse à Rédemption

  • Un commentaire constructif et tout à fait bien pour encourager la relève.A coup sûr çà va l’aider. Salutations à vous.

Laisser un commentaire