Là où critique et respect se rencontrent

Auteur(es): Sonia Alain


Les gardiens des portes

L’un des talents les plus indéniables de Sonia Alain, c’est sa capacité à mêler le réel avec l’imaginaire. Pas n’importe quel réel! Les petits détails historiques propres à la culture qu’elle a choisie comme scène à son histoire.

J’ai lu coup sur coup Abbygaelle et Alicia, les deux premiers tomes de la série Les gardiens des portes. Dans le premier, Sonia a su mélanger le folklore et la géographie québécoise pour former une ambiance sauvage autour d’Abby, l’héroïne qui croit être une jeune femme normale – sans se douter qu’elle n’a absolument rien de normal. Orpheline de mère, elle est le premier élément d’un trio que les forces du mal tenteront de détruire. Son père la conduit en Gaspésie dans le but de la mettre sous la protection d’alliés puissants, mais est-ce que ce sera suffisant?

Dans le second tome, Alicia, le deuxième élément du trio, croit aussi être une jeune femme normale, même si elle s’est toujours sentie un peu… à part. Son entrée dans un univers parallèle à saveur écossaise la plongera dans le coeur du surnaturel et de la magie. Elle également aura besoin d’être protégée… et éveillée.

Les deux femmes présentent certains traits similaires – un côté rebelle et une force de caractère leur permettant, chacune, de trouver un compagnon aussi puissant qu’elles, et à qui elles se heurteront avant de se laisser apprivoiser.

Alors que le premier tome plonge dans l’univers du fantastique, le second côtoie sans réserve celui de la fantaisie. Un peu étrange, mais pas un mauvais choix considérant que les deux sont assez proches littérairement parlant. Je suis toutefois curieux de voir dans quelle direction ira le prochain tome, et comment l’auteure saura réconcilier les deux approches qu’elle a jusqu’ici assez bien cloisonnées dans leurs tomes respectifs. J’ai le plus haut respect pour les auteurs qui, comme Sonia, osent sortir des sentiers battus.

Je ne peux pas passer sous silence l’aspect érotique de ces romans. Dans « L’amour au temps de la guerre de Cent Ans », l’auteure flirtait déjà avec la sensualité et la sexualité. Dans cette série, le flirt est devenu coup de foudre, semblant devenir partie intégrante du style de Sonia. Pour un lecteur peu aguerri aux textes plus osés, la fusion de celui-ci au cœur du fantastique peut être une manière agréable de s’y initier progressivement.

J’aimerais conclure en rapportant une phrase que j’aime répéter en tant qu’auteur : pour qu’un lecteur s’attache un peu à un personnage, celui-ci doit souffrir un peu… mais pour qu’il s’y attache beaucoup, il faut lui faire vivre une véritable torture, physique et mentale!

Chère Sonia… Oh, comme tu as bien compris ce principe, et avec quel délicieux acharnement tu l’appliques! 😉

Une auteure que je recommande chaudement. Bonne lecture!


Alain Lafond

Liens:
Les gardiens des portes par Sonia Alain
ADA

Laisser un commentaire