Là où critique et respect se rencontrent

Auteur(es): Guillaume Labbé


Les aventures de Toe Graf

Je ne donne pas souvent dans la littérature jeunesse.  Depuis une quinzaine d’années, j’avoue avoir une certaine préférence, pour ne pas dire une préférence certaine, pour la littérature grand public. Cependant, une récente expérience avec un conte « pour enfants » (voir le cheval à la robe carrelée) m’a rendu curieux de lire un peu plus sur l’œuvre de l’auteur.  Je me suis donc attaqué à la collection Toe Graf, de Guillaume Labbé.

J’ai lu les quatre volumes :

  1. L’or de Toe Graf
  2. La grand-mère de Toe Graf
  3. Toe Graf en terre des Angles
  4. Toe Graf au Quai des Becs

Tous sont sensiblement composés sur le même ton : une histoire, sympathique, d’un personnage attachant et un peu naïf, suivi de sections relatives à la langue : glossaire, grammaire, dictons…

Parce que Toe Graf n’est pas qu’une histoire pour enfants.  Guillaume a créé cette histoire pour qu’elle soit appréciée à plusieurs niveaux : par les plus jeunes, parce qu’elle est, justement, sympathique; par les jeunes et les moins jeunes parce qu’elle tente de réconcilier les lecteurs avec les outils de références que sont les grammaires, les dictionnaires, et autres; et par les plus allumés à cause des doubles sens, et parfois triples sens, du contenu de l’histoire.

Parce que Guillaume adore jouer avec les mots. Si vous ne le saviez pas, soyez prévenu! Il les déforme, les torture, et leur fait dire ce qu’il a envie de leur faire dire, contre leur gré parfois… j’en suis certain!  Et tout le monde, journaliste ou auteur y compris, y apprendra sans nul doute quelque chose au cours du récit!  J’ai appris, par exemple, qu’il existe trois mots en langue française qui changent de genre selon qu’ils sont au singulier ou au pluriel – mais je ne vous dirai pas lesquels!  À vous de chercher ou de lire les aventures de Toe Graf.

Du fait que j’ai lu toute la collection en quelques jours, j’ai pu également me rendre compte d’une évolution dans l’œuvre.  Difficile à expliquer, si ce n’est que j’ai eu l’impression que Guillaume s’appropriait des mots avec de plus en plus d’adresse et de fermeté pour les plier à sa volonté. Comme un joueur d’échecs, alors que la partie avance, il laisse de moins en moins de répits à son adversaire. Les noms sont ses pions, les verbes, ses cavaliers, et le dictionnaire… son échiquier.

Je profite pour transmettre toutes mes sympathies aux reviseurs/correcteurs de ces livres. Avec ses jeux de mots, relevant aussi bien de l’écrit que de la phonétique, j’ose à peine imaginer les épreuves que M. Labbé vous a fait traverser.

Bravo, Guillaume!


Alain Lafond

Liens:
Les aventures de Toe Graf par Guillaume Labbé
Éditions ADA

Laisser un commentaire