Là où critique et respect se rencontrent

Auteur(es): Guillaume Labbé


Le cheval à la robe carrelée

Il arrive parfois de lire une critique sur l’avant-première d’un film. Et bien… j’ai aujourd’hui la chance de commenter l’avant-première d’un conte. Celui-ci ne sera disponible qu’en septembre, écrit en une dizaine de langues, sur le thème de la paix. Son titre : Le cheval à la robe carrelée.

J’entends déjà fuser quelques rires de la part de ceux qui connaissent mes goûts pour les briques, alors que ce texte ne fait que quelques pages.

Un conte? Oui, absolument. Un conte classé « pour tous ».

Du genre « Il était une fois »? Bien oui!

Sérieusement… Un conte? Comme Cendrillon? Heuuuuuuuu… Oui… et non. Surtout non!

Oui, parce qu’il contient une belle histoire, celle d’un peuple sur le point d’entrer en conflit bien malgré lui avec son voisin. Il y a les bons, et les pas gentils, et les premiers utiliseront une arme inusitée pour gagner la guerre tout en l’évitant. Les chevaux peuvent parler, il y a des ogres géants, deux Rois… et une morale qui ferait honneur à n’importe quel Nobel de la paix.

Le récit est fluide et coule d’une manière toute naturelle. Le vocabulaire et le style ne sont pas sans rappeler les contes merveilleux que je lisais, plus jeune (j’en ai dévoré des quantités). À première vue, c’est un bon conte, et en lisant, j’avoue avoir été incapable de voir le piège avant qu’il ne se soit refermé sur moi.

Un piège? Oh que oui! Le genre de piège d’une subtilité à couper le souffle. Tellement que j’ai dû relire le conte, cette fois avec attention, pour découvrir ce qui était caché au regard. Essayez d’imaginer un éléphant derrière un pommier, c’est gros à ce point. Le conte n’est pas qu’un conte, c’est un défi à l’intéllect du lecteur. Mais ne comptez pas sur moi pour vous dire de quoi il s’agit. Oh non, je ne dévoilerai pas le punch. Pas question! Je vous invite cependant à chercher vous-même ce que l’auteur vous dissimule avec ingéniosité et brio, alors même qu’il positionne chacune de ses pièces ouvertement devant votre regard, et si vous ne parvenez pas à trouver… eh bien… dommage! Vous n’aurez peut-être pas découvert l’éléphant, mais vous aurez tout au moins la chance d’apprécier un conte sur la paix, que vous pourrez lire à vos enfants entre Cendrillon et Blanche-Neige. (Soupir)

Me surprendre, c’est m’impressionner. Je savais que l’auteur est un homme allumé et qu’il manipule les mots avec une aisance rare, mais ne m’attendais pas à une finesse aussi bien maîtrisée. Je recommande cette lecture, lorsqu’elle sera disponible, à tous… petits et grands, mais surtout les grands.

« Contez » sur moi pour vous faire suivre les détails!

Bonne chance, Guillaume.


Alain Lafond

Liens:
Le cheval à la robe carrelée par Guillaume Labbé
Sortie prévue en septembre, informations à suivre...

Laisser un commentaire