Là où critique et respect se rencontrent

Auteur(es): Émile Lafrenière


La chute d’Avoste

 

« Une ville hantée par les plaies profondes d’un conflit aux échos persistants. Des dissensions entre la classe politique et des groupes de pression de jour en jour plus influents… Et un mage, lancé sur la piste d’un assassinat dont les conséquences menacent d’ébranler les fondations fragiles de la société.
Épaulé par sa sœur Ambre et par le commissaire Ghaal, le Limier Kyridon Maghellan devra lever le brouillard sur une enquête aux implications délicates, dans un contexte où les rares acquis légaux de la magie sont remis en doute. »

Un corps est retrouvé sans vie. Celui d’une jeune mage. Bientôt, une enquête est lancée pour trouver l’origine de ce crime. Kyridon, ce jeune Limier doté de pouvoirs magiques et protecteur de la cité d’Avoste, se met à la recherche de pistes pouvant lui permettre d’élucider toute cette affaire. Bien des années auparavant, une rébellion avait déjà eu lieu pour mettre fin aux porteurs de pouvoirs magiques. Le héros craint donc que ce premier meurtre soit le début d’une série de problèmes.

Émile Lafrenière nous présente un roman fantastique et médiéval, orienté autour de cette enquête policière, où les hommes et les mages vivent ensemble dans Avoste, une ville politiquement instable. Une ville dont chaque recoin semble nous crier son lourd passé.

Les passages descriptifs du roman étaient tout simplement à point. Je n’ai rien à redire là-dessus. Chaque fois, je voyais très bien où l’histoire se déroulait et je pouvais m’immerger complètement dans ces sombres ruelles aux lampes-torches scintillantes, ces vieux bâtiments aux façades de brique et de bois, où planaient les odeurs d’huile et de charbon. D’ailleurs, la couverture du livre avait déjà cette touche de mystère et d’époque ancienne. De quoi piquer la curiosité de la bonne façon.

Tout au long de ma lecture, je me suis trouvé franchement satisfait du déroulement de l’histoire. Il y a une bonne structure narrative, des personnages qui font beaucoup de sens et auxquels on peut s’identifier facilement, et il y a également une profondeur historique et politique au sein même de cette histoire. Le texte puisait sa force aussi dans la justesse de ses dialogues. Il n’est pas rare de tomber sur des œuvres où les dialogues peuvent sonner faux. Ici, ça coulait parfaitement. Les relations dynamiques entre les personnages les faisaient vivre de la bonne façon. Sans oublier ces touches d’humour bien placées.

N’étant pas un grand amateur de policier ni de roman d’époque médiéval, je me suis tout de même laissé transporter du début à la fin. Très bien ficelée et dotée de plusieurs qualités, La chute d’Avoste est une belle découverte. On y trouve la promesse d’un bel avenir pour l’auteur, qui signe ici son tout premier roman fantastique. Bien joué !

Reste à voir ce que monsieur Lafrenière nous réserve pour la suite des aventures de Kyridon.

Bonne lecture.


Olivier Croteau

Liens:
La chute d’Avoste par Émile Lafrenière
ADA

Laisser un commentaire