Là où critique et respect se rencontrent

Auteur(es): Dominique Fortier


Au péril de la mer

« Aux belles heures de sa bibliothèque, le Mont-Saint-Michel était connu comme la Cité des livres. C’est là, entre les murs gris de l’abbaye, que trouva refuge, au quinzième siècle, un peintre hanté par le souvenir de celle qu’il aimait. C’est là, entre ciel et mer, que le retrouvera cinq cents ans plus tard une romancière qui cherche toujours le pays des livres. Ils se rencontreront sur les pages d’un calepin oublié sous la pluie. »

Avec son roman, Dominique Fortier nous plonge au quinzième siècle dans le monde des scriptoriums, où les livres étaient retranscrits à la main. Un peintre tombe amoureux d’une femme d’une grande beauté et tente de peindre son portrait. Cependant, lorsque la mort la lui arrache et qu’il ne peut terminer son œuvre, il s’isole sur l’île du Mont-Saint-Michel, abattu, et s’entoure des eaux de la Manche. Là, il vivra dans l’abbaye regorgeant de vieux manuscrits, apprivoisant sa nouvelle solitude. C’est également dans cet environnement aussi grisâtre que la pierre qu’il revivra les souvenirs de sa muse.

L’auteure fait converger les époques du peintre et d’une romancière moderne en panne d’inspiration qui le retrouve à travers les livres de la bibliothèque du Mont. Les mots, expressions et visions du monde qui sont exposés dans cette écriture fluide nous permettent presque de sentir l’odeur du parchemin et d’entendre le son de la pluie au fur et à mesure que l’on tourne les pages. C’est une lecture apaisante qui rafraîchit les idées.

Ce qui m’a surtout plu du livre est la présence symbolique de l’eau à travers le discours des narrateurs. L’âme du livre se reflétait déjà par les couleurs des deuxième et troisième de couverture qui représentaient la nostalgie d’une époque révolue. Vagues, ciels orageux et houles mousseuses : Au péril de la mer est un témoignage d’amour envers les livres, pourvu d’une poétique singulière et d’un vocabulaire riche. Et tout au long de l’histoire, les tableaux qui sont dépeints par l’auteure nous font ressentir son besoin d’écrire. Un besoin de plonger au cœur de la mer.

Une œuvre à lire lentement en appréciant chacune de ses subtilités.


Olivier Croteau

Liens:
Au péril de la mer par Dominique Fortier
Alto

Une réponse à Au péril de la mer

  • Wow!!! Super belle critique, je vais aller acheter le livre!

Laisser un commentaire