Là où critique et respect se rencontrent

Auteur(es): Laurence Massey


Prends garde petit papillon

« Agenouillé auprès d’Alezéa, il glissa une main autour de son cou, ses doigts défilant sur sa peau interdite alors que son autre main enroulait les mèches de ses longs cheveux rabougris. Il s’approcha plus près, son menton désormais appuyé contre le front de sa prisonnière, et huma les vestiges sucrés de son dernier bain. Alezéa s’était figée, nauséeuse. »
Une jeune femme est portée disparue. Elle se nomme Alezéa. Lorsque ses amis courent à sa recherche, ils aboutissent à l’envers de leur monde. Là, tous les vices sont permis.

Prends garde petit papillon est le premier tome d’une série d’aventures mettant en scène des jeunes adultes voyageant entre les trois dimensions du monde: celle de la justice (qui est la nôtre), celle des vices et celle des vertus. Une façon originale qu’a trouvée l’auteure de mettre en perspective les conflits éthiques des êtres humains. Nous le savons bien, tout le monde est confronté à des choix entre vertus et vices; bien et mal. Imaginons maintenant un monde où il n’existerait pas de juste milieu. Aucune forme d’empathie ni de moralité. Seulement le vice, le péché et l’horreur. Voilà où est retenue prisonnière Alezea.

J’ai bien aimé les relations développées entre les personnages. Certains romans ne contiennent pratiquement aucun dialogue. Ici, ce n’est pas un problème. Laurence Massey est certainement au début d’une grande aventure d’écriture avec ce premier roman et elle fait preuve d’audace en incorporant cet univers fantastique à un Boisbriand d’aujourd’hui. Un monde jeune où les personnages se rencontrent à des fêtes, boivent et cherchent à s’amuser. Ils cherchent surtout à oublier les horreurs vécues de « l’autre côté ».

Plus l’on progresse dans le texte et plus le style de l’auteure semble se tracer. Une fois que le rythme s’est bien installé, des relations inattendues se développent et nous font découvrir des jeunes attachants.

L’idée originale de l’auteure lui permet d’explorer ces concepts de la conscience morale et de la perversion de l’âme. Elle se permet aussi quelques scènes de châtiments dégradants durant lesquelles Alezea devient l’objet expérimental de son bourreau. Ma curiosité de lecteur (je dois l’avouer) m’empêchait de retirer mes yeux des pages.

Prends garde petit papillon est un livre qui nous plonge directement au cœur du vice.

Que nous réserve donc Laurence Massey avec son prochain tome?


Olivier Croteau

Liens:
Prends garde petit papillon par Laurence Massey
Les Éditions de l'Apothéose

Laisser un commentaire